Exil,
Exil vers mon dedans
Exil vers mon néant
Exil du moi vers soi

Survivre,
Survivre dans surmoi
Survivre dans l'exil
Survivre dans mon île

Du fond de cet' coquille, le vide dans mon île
Écrasant mon néant, Écrasant mon dedans,
Mon Moi se fait la malle, et je perds les pédales,
Survivre est impossible, du fin fond de mon île
Submergée par le vide, avid' de ma coquille.

Mais le fruit du dedans, qui attendait l'amour
A patienté longtemps, pour enfin voir le jour.
Chemin faisant, le soi ouvrit les yeux bien fort
Et accueillit le Moi, l'embrassant de son corps.

Bonjour Moi, beau jour soi ! l'exilé n'est plus toi
Mais ce dangereux vide, qui maint'nant n'est plus là.
A présent tu peux vivre, car chez moi, c'est chez toi.